ERADD
Santé et Nutrition

Santé et Nutrition

En dépit des efforts consacrés par le gouvernement du Mali et ses partenaires en matière de santé et la nutrition, la gestion des services tant publics que privés soulève des questions d’équité. Les changements politiques intervenus au Mali avec le multipartisme et la tenue d’élections démocratiques ont indiscutablement influencé l’évolution du débat et favorisé la création d’espaces non étatiques pour l’organisation et la prestation des soins de santé.

Malgré les succès réalisés ces dernières années, dans le secteur de la santé et la nutrition, la situation sanitaire reste cependant caractérisée par la persistance d’une morbidité et d’une mortalité élevées, particulièrement celles relatives à la mère et à l’enfant. Les maladies chroniques et les carences nutritionnelles chez les enfants et les femmes enceintes, l’insuffisance d’hygiène et d’éducation sanitaire, constituent les déterminants qui sont à la base du bas niveau de santé de la population

L’espace communautaire à travers les Cscom et l’espace privé ont connu un développement fulgurant. Cependant, la question de la transparence dans la gestion de ce secteur se pose avec acuité. S’agissant plus spécifiquement du secteur privé, l’équité est difficile à mesurer dans la mesure où les forces du marché et l’autonomie, sont considérées comme des valeurs importantes. Quant au secteur public, il est caractérisé fondamentalement par un personnel qualitativement et quantitativement insuffisant, mal déployé et peu motivé, bafouant les règles déontologiques et les valeurs éthiques.

En se basant sur des statistiques existantes, concernant l’état des femmes, particulièrement celles en âge de procréer (15-49 ans), les résultats de EDS IV révèle que le niveau de la déficience énergétique chronique est le plus élevé (23%). En matière de malnutrition, les résultats des différentes enquêtes nationales notamment l’Enquête Démographique et de Santé (EDS IV) de 2006 montrent que la prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans est passée de 38% à 34%. S’agissant de l’insuffisance pondérale, elle est restée quasiment stable (33% contre 32% en 2001). Quant à la prévalence de l’émaciation, elle est légèrement augmentée (34% contre 11% en 2001).

De façon générale, le Mali connaît encore de nombreuses difficultés à concilier et atteindre les objectifs d’efficacité, d’efficience et de pérennité et à améliorer les indicateurs de résultats en matière de morbidité et de mortalité.  En effet, la performance des services de santé est insuffisante dans les régions et en milieu rural du fait d’une accessibilité géographique très limitée. A Bamako, par exemple, plus de 80% des populations ont accès à un centre de santé ou à un service de vaccination alors que dans les autres régions pauvres le taux d’accès à un service reste faible. Il est urgent de mettre en place des alternatives axées sur les groupes les plus démunis, ainsi que les femmes et les enfants pour obtenir des issues équitables et, dans d’autres, c’est un large renforcement de l’ensemble du système qu’il va falloir procéder en priorité. Ces deux approches peuvent aussi être associées.

ERADD et ses partenaires s’efforcent de concrétiser la vision des Objectifs pour le Développement Durable (ODD) surtout l’ODD 3, « donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être à tous les âges », ne pourront être réalisés qu’au travers d’une couverture de santé universelle, basée sur les principes d’équité et de qualité. Pour y parvenir d’ici à 2030, aux ODD, il faudra que non seulement qu’ERADD mais aussi les acteurs du monde entier garantissent d’améliorer la qualité de la santé reproductive des adultes et les adolescentes ; réduire le taux de malnutrition, les retards de croissance et les insuffisances pondérales et renforcer les districts sanitaires à travers la formation des professionnels de santé et les ASACO.

Comme énoncé dans son plan stratégique 2022-2025, notre objectif principal est de répondre aux populations vulnérables et des victimes d’autres situations d’urgence et de crises rendant nécessaires des secours prolongés  La présente stratégie fait fond sur les activités approuvées par le Conseil d’administration d’ERADD dans un Plan de développement stratégique et durable contribuant à l’attente à l’horizon 2030 des ODD. Il comprend à la fois l’aide humanitaire et le développement, qui s’inscrivent dans le contexte plus large du progrès et du développement durable de l’humanité, pour instaurer la paix et la prospérité pour tous.

PARTAGEZ